band_header

3 questions à...

Barira Dan Nouhou

photo_auteur
Barira Dan Nouhou, Directrice de la Pharmacie et de la Médecine Traditionnelle

Titulaire d'un Doctorat de pharmacie, elle a commencé sa carrière dans la gestion des établissements pharmaceutiques de distribution en gros et dans la gestion de pharmacie hospitalière. Elle occupe le poste de Directrice de la Pharmacie et de la Médecine Traditionnelle (DPHMT) depuis avril 2017.

Barira Dan Nouhou a accepté de partager sa vision et les ambitions qu'elle nourrit pour le secteur pharmaceutique au Niger dans « 3 questions à » et nous l'en remercions.

« La directive N°06/2020/CM/UEMOA de l'UEMOA, considérant les faibles capacités des directions de la pharmacie et du médicament dans la mise en œuvre des fonctions de réglementation pharmaceutique et l'insuffisance des ressources financières allouées et mobilisées, définit le statut des autorités de réglementation pharmaceutique des Etats membres de l'UEMOA dans le cadre de leurs missions et demande aux Etats membres de prendre les mesures nécessaires pour ériger l'autorité de réglementation pharmaceutique en une entité publique dotée de la personnalité juridique et de l'autonomie de gestion. »


Vous dirigez la DPHMT depuis 5 ans. L'Agence Nigérienne de Règlementation du secteur Pharmaceutique (ANRP) vient d'être créée. Que peut-on dire aujourd'hui de cette nouvelle structure ?

La révision de la politique pharmaceutique et de nombreuses évaluations réalisées au Niger avaient déjà pointé la nécessité de créer un organisme capable de regrouper et de coordonner en son sein les différentes fonctions de la règlementation pharmaceutique. La directive de l'UEMOA a fixé un cadre et un cahier des charges et l'agence a été créée en juin 2022.

La directive de l'UEMOA a bien précisé que cette nouvelle structure doit être dotée de ressources humaines, matérielles et financières suffisantes pour remplir efficacement les missions qui lui sont confiées et garantir à la population l'accès à des produits de santé efficaces et de qualité.

Nous sommes actuellement en période de transition. Certes, l'agence vient d'être créée mais plusieurs étapes sont nécessaires pour la rendre opérationnelle, notamment la doter de ressources humaines et matérielles, c'est à dire établir son siège, ses instances dirigeantes, son personnel... Une première étape a été franchie mais en attendant l'opérationnalisation de l'ANRP, la DPHMT continue à assurer les missions dévolues à l'agence.

La seconde étape sera l'adoption des statuts de cette nouvelle entité et la mise en place du staff technique et des infrastructures.

En attendant, notre vision est ambitieuse, nous visons, à terme, un niveau de maturité 3 et ce, conformément au Plan de Développement Institutionnel (PDI) élaboré suite à l'auto-évaluation des fonctions règlementaires pharmaceutiques.

Pour 2023, nous prévoyons la finalisation des textes règlementaires, du manuel qualité et l'opérationnalisation de l'agence. A ce stade, nous souhaitons atteindre le niveau de maturité 2 selon les critères du Global Benchmarking Tool (GBT) de l'OMS.

Ce qu'il faut noter est que l'opérationnalité de l'agence implique des recrutements, ce qui n'est pas simple dans la fonction publique car cela implique notamment la création d'une ligne budgétaire au ministère des finances ainsi qu'un plan de formation de ces ressources humaines.

Nous pourrons ensuite demander l'évaluation formelle par l'OMS (et non plus une auto-évaluation) puis continuer à œuvrer pour atteindre le niveau 3.

Que va devenir la DPHMT lorsque l'Autorité de règlementation pharmaceutique sera opérationnelle ?

Les Directions de la pharmacie n'ont pas que des fonctions de règlementation. Au Niger, par exemple, la direction gère aussi la Médecine traditionnelle. Dans le cadre de la revue du cadre législatif et règlementaire, un comité de pilotage a été créé. Il revient aux plus hautes autorités de notre pays de définir la structuration à adopter pour ces deux entités.

Nous recherchons l'efficacité et l'approche client.
La plupart des directions des pharmacies n'ont pas assez de ressources humaines, matérielles et financières pour assurer correctement leurs nombreuses missions. Le Global Benchmarking Tool (GBT) de l'OMS nous a permis d'évaluer notre fonctionnement actuel au sein de la DPHMT et de définir une feuille de route claire pour que cette nouvelle structure atteigne, au minimum, un niveau de maturité 3 selon les critères du GBT.

Actuellement, seuls deux pays africains sont au niveau 3 : le Nigéria et le Ghana. C'est donc un objectif ambitieux mais c'est ce que nous recherchons. Le programme est très clair, les activités ont été budgétisées et nous allons avancer progressivement et de manière cohérente.

Quelles sont vos ambitions pour le secteur pharmaceutique national ?

La révision des textes règlementaires est notre première priorité. Jusqu'en 2020, nous travaillions à partir d'une politique pharmaceutique élaborée en 1995 et d'une loi datant de 1997. Ces textes ne tenaient pas compte du contexte actuel et des normes internationales.

En 2021, nous avons commencé par revoir la politique pharmaceutique nationale et avons entamé la révision de tous les textes législatifs et règlementaires relatifs à la pharmacie.

La loi portant sur les principes fondamentaux de la santé et de l'hygiène publique a été adoptée en juillet 2022. Cette loi contient des principes fondamentaux relatifs à la pharmacie et nous travaillons actuellement sur les décrets d'application de cette loi.

La digitalisation des processus est notre deuxième priorité.

L'auto-évaluation du GBT a souligné l'importance d'améliorer la politique qualité de l'agence, sa transparence et sa redevabilité et cela passera par la dématérialisation et donc la digitalisation des processus de l'agence.

Dans le processus d'homologation des médicaments, par exemple, l'évaluation a indiqué que nous devons améliorer la transparence de nos décisions en permettant à nos clients d'avoir un accès à ce process. La mise en place d'une plateforme de soumission et de suivi des dossiers en ligne sera un gain de temps pour nos clients comme pour notre personnel.
C'est encore plus essentiel pour l'homologation des dispositifs médicaux, des compléments alimentaires et des cosmétiques qui sont en très fort développement dans nos pays et dont la règlementation existante est mal adaptée.

Dans l'attribution des autorisations d'importations, qui représente un gros volume d'activité de la DPHMT aussi, une plateforme digitale permettra une amélioration significative de la qualité de nos services et de la satisfaction client.

Autre point à améliorer grâce au digital, l'information aux clients. Nous sommes tenus de diffuser un certain nombre d'informations aux clients de l'agence comme les notices pour les patients et les RCP pour les professionnels de santé.

En guise de conclusion, je dirais que l'agence existe aujourd'hui dans les textes et qu'il faut maintenant la rendre effective avec des locaux, du matériel et du personnel mais elle doit avoir son plan de financement et travailler avec ses partenaires pour dégager ses propres ressources afin de ne pas représenter un poids déraisonnable dans le budget de l'état.

Je vous donne rendez-vous en 2023.

Barira Dan Nouhou,
Directrice de la Pharmacie et de la Médecine Traditionnelle, le jeudi 6 octobre 2022.

 

 

photo_auteur
Crédit photo @wahooas.org


Merci de prendre en compte que :

La responsabilité du Leem ne saurait être engagée au titre d'un site tiers auquel l'Utilisateur aurait accès via un lien hypertexte présent sur le Site. Le Leem ne dispose d'aucun moyen de contrôle du contenu de ces sites tiers. En tout état de cause, le Leem n'est pas responsable de l'indisponibilité des sites tiers, de leur contenu, publicité ou autres éléments disponibles sur ces sites tiers. Plus d'informations

Ce site utilise des Cookies collectant des données pour optimiser votre navigation. Plus d'informations.


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • LEEM
    Direction des Affaires Internationales
    58 bd Gouvion Saint Cyr
    75858 Paris CEDEX 17

Téléphone

  • +33 1 45 03 88 88

Email


footer